Bursera Graveolens


Livre d'Or Amérique

N'hésitez pas à nous laisser un petit mot ! Merci

28-Jan-2010 23:05

La vie. Je me réjouis de mieux vous connaître vous et votre travail. Je connais le Palo Santo en Huile de massération et désire me procurer de l'huile essentielle pour la fabrication de ce produit à usage thérapeutiique. Pouvez-vous m'aider? Les Huiles essentielles sont ma vie et je travaille pourla vie.
Merci de votre aide et à bientôt.
(info. votre vidéo est trop rapide, dommage)
La vie.(c'est mon nom pseudonyme)

09-Feb-2010 22:11

Merci pour nous faire découvrir EL PALO SANTO, je suis péruvien du nord près de Trujillo. (herboriste)

13-Jun-2010 18:25

J'ai découvert palo santo par hasard. J'ai brûlé ces petits morceaux de bois comme necens et cela m'a beaucoup apaisé et m'aide à relativiser beaucoup de probleme

13-Jun-2010 18:27

est-ce possible de pouvoir acheter l'huile essentielle par votre entremise?

17-Oct-2011 17:37

El palo santo es una especie multiproposito, desarrollar plantaciones en américa, especialamente en Perú (500 mil Ha.), mejoramos las condiciones socio-economicas de las poblaciones rurales residentes cerca a su ecosistema de esta bendita y sagrada especie. (Miguel, Tumbes-Perú).

Licorne14-Nov-2011 08:30

Palo SantoMerci pour votre super reportage sur le Palo Santo que j'ai trouvé passionnant. Je viens de Suisse je travaille avec l'huile essentielle que je trouve vraiment "magique", je l'adore et je l'utilise avec respect à "petites doses" . J'espère que comme nous l'a dit notre distributeur, cette huile essentielle provient uniquement de branches et bouts de bois tombés de l'arbre. Respect pour soi, pour la vie et la planète. Bravo

Snowball22-Nov-2011 15:07

GraciasMerci pour ce super reportage qui, je trouve, couvre bien le sujet. On semble loin d'une solution pour l'exploitation modérée et viable pour cet arbre. Des cagettes en palo santo ... non mais je rêve :)

Presi27-Dec-2011 02:36

Maravilla vegetalComo residente de esta maravillosa región del norte peruano me siento orgulloso de tener en nuestro bosque xerofitico este mágico y enigmático árbol que es fuente de riqueza e inspiración para toda persona que comprende su función e importancia en el ecosistema que este habita. Por ello es fundamental sumar esfuerzos para recuperar y masificar esta especie con la finalidad de mejorar la calidad de vida de las comunidades ancestrales que se desarrollan junto al Palo Santo.
CRISTHIAN SALDARRIAGA SANCHEZ

dadou le jardinier03-Aug-2012 11:09

Marseille France/ PERUTrés beau voyage bravo, c'est vrai qu'on parle beaucoup plus de la forêt tropicale humide et cette forêt tropicale sèche tout aussi importante a aussi son rôle à jouer!
Merci de parler de la protection de nos forêt qui son notre première source de vie et notre vrai richesse,votre travail de communication permet d'en parler , il faut sensibiliser les populations!!!

Asso Passiflor27-Dec-2015 20:22

Peru...Après un voyage au Pérou dans le cadre d'un projet sur les plantes qui soignent et la distillation, je peux vous dire que le retour ne m'a pas laissé indifférente par rapport à ce lien à la nature et à notre Pachamama sacrée...
Merci pour vous avoir découvert, juste là....maintenant et de voir que nous sommes de plus en plus à vouloir œuvrer pour notre environnement ici ou ailleurs. Le plus important pour ma part et de transmettre les valeurs de ces plantes médicinales et prendre conscience de leurs énergies, leurs vibrations, de reprendre contact avec la vie.....tout simplement. Alexandra Diaz, conseillère en aromathérapie et olfactothérapie.

| Vous êtes ici : accueil >Plantes et Continents > Le Palo Santo au Pérou > Carnet de voyage 2008 > Piura et Tumbes, 18 sept 2008

Piura et Tumbes, 18 sept 2008

Jorge s’étant pris de passion pour mon sujet, il a décidé de m’accompagner jusqu’à la fin de mon séjour, ce qui va m’être bien utile pour certains rendez-vous... C’est donc ensemble que, fraîchement débarqués du bus à Piura, nous nous rendons au bureau de l’INRENA. Nous sommes dans la région du Palo Santo, normalement le responsable des ressources forestières devrait avoir des choses à nous dire !

Et c’est un rendez-vous qui fait du bien, car nous rencontrons un fonctionnaire intègre et militant ! L’ingénieur Elio Luis Chiroque La Rosa est en effet préoccupé par les espèces menacées, il fait son possible pour trouver des solutions, et contrer le commerce illégal. Malheureusement, il n’en a pas les moyens (lui et son équipe n’ont même pas un véhicule pour contrôler toute la région, ils sont à pied !), et si lui n’accepte pas la corruption, d’autres le font qui réduisent ses efforts à néant.
S’il essaye de réguler le commerce et refuse une licence pour l’extraction, le propriétaire forestier va demander l’appui d’un membre du congrès, ou un appui politique qui fera pression sur l’INRENA. Ils vont généralement arriver à leurs fins…

Pour délivrer une licence d’extraction, l’INRENA examine d’abord la superficie de l’exploitation, le nombre d’arbres de plus de 30cm de diamètre ou d’arbres malades (les seuls autorisés à être coupés). Enfin, ils vérifient qu’il y a un plan de gestion des ressources.
Ils ont délivré cette année trois licences pour l’exportation de Palo Santo, concernant du bois mort. Mais il n’est pas dupe, la majeure partie du commerce est clandestine.
Il faut savoir que les camions transportant le Palo Santo doivent passer par 6 ou 7 postes de police pour sortir. Etrangement, ils ne sont jamais inquiétés !

Un autre problème concerne le changement d’usage : les forêts sèches sont rasées pour être transformées en surfaces agricoles et en parcelles individuelles pour construire des habitations. C’est interdit, mais là encore, quelques dessous de table règlent l’affaire.

Pas facile de faire son travail dans ces conditions…

Nous avons repris un bus, quatre heures seulement, et avons traversé de magnifiques paysages en majorité désertiques pour atteindre Tumbes, tout au nord du pays.
Pas de répit, avant que le bureau ne ferme, nous avons directement filé à l’INRENA locale sur les recommandations de l’ingénieur de Piura.

Cette prise de contact avec Miguel Puescas Chully s’est finalement transformée en entretien fort intéressant. Mon opinion de l’INRENA est remontée en flèche aujourd’hui, car Mr Puescas était aussi un passionné de la nature, et la finalité de son travail était bien la protection de l’environnement et non l’enrichissement personnel par pots de vin !

Il voit la forêt tropicale sèche comme un capital vivant, d’où la nécessité de le protéger. Pour lui, son rôle n’est pas de réprimander la population locale, mais bien de les orienter vers la valorisation et la protection de leur patrimoine. Rien ne pourra se faire sans eux. La population ne voit pas la valeur économique de la forêt, il faut également lui faire comprendre que l’écosystème en entier en dépend, et donc finalement il y a bel et bien une valeur économique à la forêt sèche.

Il a décrit des problèmes multiples (repris dans la partie sur la plante), et à proposé des solutions, dont la plus originale est de profiter d’El Niño, le phénomène météorologique qui apporte des pluies formidables tous les 10 ans environ. Il faudrait être prêt à ce moment-là avec des kilos de semences à planter. Prochain Niño prévu en 2011, préparez les semences !
Il reste encore un peu de temps pour arriver à coordonner toutes les parties prenantes. Pas sûr pourtant que d’ici 2011 ce soit fait...

Quelle belle journée motivante : des problèmes identifiés, des solutions envisagées, des fonctionnaires motivés...
Mais je n’ai toujours pas vu de Palo Santo !

(c) 2008 - tous droits réservés Plante & Planète
Plante & Planète est une association loi 1901 reconnue d'Intérêt Général