| Vous êtes ici : accueil >Plantes et Continents > Le Chengal en Malaisie > Carnet de voyage > Kuala Lumpur, 29 mars 2009

Kuala Lumpur, 29 mars 2009

Après une journée de trajet hier, j’ai retrouvé KL, dernière étape de mon voyage initiatique sur le chengal. Il a fallu que je digère la déception de vendredi, pourtant toujours un peu présente. Il est vrai qu’un mois, c’est très court pour une recherche de terrain, mais je ne dispose pas vraiment de plus…

J’ai retrouvé les punaises, ce qui ne m’a pas enchantée, et aussi mon petit restau bio pour me poser en fin de journée, ce qui était plus plaisant.
Un programme chargé m’attend pour cette dernière semaine. J’essaye de caser tous les derniers rendez-vous.

Aujourd’hui dimanche, j’ai rencontré de nouveaux sculpteurs de chengal à la foire artisanale, où tout le monde m’avait conseillé d’aller. J’ai rencontré un sculpteur "moderne", qui utilise le chengal pour sa résistance, mais ne sculpte pas de motifs traditionnels, et aussi un fabricant d’imposantes pièces tournées. Il travaille d’énormes tronçons de chengal pour en faire des objets décoratifs. Il faut juste avoir une grande maison pour la décorer ainsi ! Il n’utilise que du vieux chengal, d’une part parce qu’il faut qu’il ait un diamètre suffisant, et d’autre part qu’il ait séché très longtemps. Il m’a aussi proposé de m’emmener dans la forêt du côté de Kuantan (sur la côte Est), voir de vieux chengals. Le problème c’est qu’avec la foire, il n’est pas disponible du tout dans les prochains jours, et je pars dans une semaine. J’étais déjà un peu frustrée, là c’est encore pire ! Savoir que c’était possible, mais que ce ne sera pas pour cette fois…

Puis je suis allée déjeuner avec des expatriés français très sympathiques, et la conversation s’est orientée naturellement vers le développement durable. J’aime vraiment ces confrontations de points de vue sur un sujet qui me passionne. D’autant plus que là les points de vue étaient relativement convergents et émaillés d’histoires intéressantes !

Je suis finalement rentrée à la Green Hut Lodge, la petite guesthouse qui m’héberge, ainsi que mes "amies" insectes, et d’autres voyageurs avec qui j’ai passé une excellente soirée à discuter, encore et toujours. Il faut être bavard pour faire ce métier ! C’est d’ailleurs assez étrange car je suis dans les hôtels de voyageurs, mais je suis là pour travailler, donc le soir je suis fatiguée, je me lève tôt le matin, et en même temps j’adore cette ambiance de petit hôtel pour backpacker…

(c) 2008 - tous droits réservés Plante & Planète
Plante & Planète est une association loi 1901 reconnue d'Intérêt Général