Neobalanocarpus heimii



Livre d'Or Asie

N'hésitez pas à nous laisser un petit mot ! Merci

dentenor22-Apr-2009 15:09

l'aventure utileMerci pour ce récit de découverte lié au travail sur le chengal, vous suivant depuis l'écriture de votre récit de voyage (sorti en livre en 2003/4 ! "vieil outil de communication") je suis contente pour vous que vos voyages "aventureux" à l'étranger se poursuivent pour vous... et notre plaisir. Bon courage !

Dany24-Apr-2009 23:13

Vivement l'exposition !

Ouistiti02-May-2009 22:49

l'espoir au printempsComme le précédent, ce carnet de voyage se lit d'une seule traite ! Merci de nous faire partager ces moments ! La pluie de mousson, les piqûres d'animaux, la déception de ne pas voir le plus grand des "arbres-rois"...toutes ces difficultés ne rendent que plus admirable l'énergie déployée et que plus précieux les moments de joie, le partage avec les personnes rencontrées. Le morceau d'écorce reçu en cadeau le dernier jour du voyage pour l'exposition Vital Végétal viendra témoigner de cet esprit de partage, on a hâte de le voir ! Merci pour ce travail. Les photos sont magiques. On a hâte aussi de voir la contribution des collégiens et des écoliers, on est certain qu'ils ont dû être conquis par tant de passion. C'est vraiment bon de voir que les dirigeants de Malaisie font des commandes qui protègent l'artisanat lié au chengal, et qu'ils ont entamé des démarches pour protéger cet arbre sans céder aux peurs de leurs électeurs. Espérons qu'ils vont poursuivre et que les aides à la culture de l'huile de palme n'entraîneront pas la disparition du chengal : le profit immédiat ne devrait jamais nous faire oublier la recherche d'un bonheur à long terme pour nous et pour les générations futures, même si le "sacrifice" nous paraît difficile.

12-Nov-2009 13:09

Coucou Nathalie ah la malaisie et les perhentians .... super ton site
merci de nous faire partager tout cela
si un jour tu passes par antibes, tu es la bienvenue :)) bisous vanessa

12-Jan-2010 16:04

Bravo pour ce reportage très instructif sur le chengal ! Il apporte un autre éclairage sur le problème des palmiers à huile dans cette zone.

Christophe Fuzat22-May-2013 13:23

MerciMerci pour ce très beau site .


Christophe Fuzat

KL, 6 mars 2009

Ce matin, je suis partie rencontrer Elisabeth Vos, professeur de SVT au Lycée Français de Kuala Lumpur, que j’avais contactée peu de temps avant de partir. Elle-même m’a présentée au Professeur Jean-Frédéric Weber, pharmacologue français spécialiste de la flore malaisienne, et qui a découvert de nouvelles molécules grâce à l’étude du Chengal.

J’ai donc eu mon premier cours de chimie depuis bien longtemps ! Et ce qui m’a vraiment plu, c’était évidemment de rencontrer quelqu’un de passionné. Quelle que soit la matière, c’est toujours très intéressant.
Le Chengal présente un grand intérêt au niveau chimique, car son bois contient des dérivés polyphénoliques nommés oligo-stilbènes, qui seraient en partie la source de l’incroyable résistance du chengal à la décomposition et aux bactéries. Cette résistance permet aux traverses de voies ferrées en chengal par exemple de durer quinze ans, ce qui est exceptionnel dans un pays tropical comme la Malaisie. A titre de comparaison, les mêmes en hévéa résisteraient six mois. De même, une maison traditionnelle en chengal, bien entretenue, peut durer un siècle. Aujourd’hui, en traitant les bois, on peut arriver à les faire durer, mais le mélange d’arsenic, de cuivre, et d’autres substances peut être dangereux...
L’intérêt pour un chercheur chimiste, pharmacologue, c’est aussi la "complexité de la structure moléculaire". Pour Mr Weber, s’il arrive à modéliser la détermination structurale des oligo-stilbènes du Chengal, très compliquée, il pourra alors en déterminer d’autres plus simples, ce qui un jour pourrait aider à découvrir un médicament.

Après ce petit intermède chimique (j’avoue avoir regardé sur internet comment s’écrivait "stilbène" en rentrant à l’hôtel !), il m’a aussi donné plusieurs contacts pour poursuivre mes recherches. Pour finir, quand je lui ai demandé combien de temps encore il pensait étudier le chengal, il m’a répondu que quand il aurait fini avec le bois, il passerait à l’écorce...

De retour en centre-ville, je me suis promenée, pour essayer de capter un peu mieux ce mélange curieux de culture malaise, chinoise, et indienne (avec d’autres petites influences au passage),... que forme la culture malaisienne. Kuala Lumpur est une ville très moderne, pleine de contrastes et intéressante, mais je dois avouer que j’ai hâte d’être plongée au cœur de la nature. La jungle des centres commerciaux me frustre un peu… Il me reste quand même de nombreuses personnes à rencontrer ici. Ces premières journées sont déjà tellement riches !

(c) 2008 - tous droits réservés Plante & Planète
Plante & Planète est une association loi 1901 reconnue d'Intérêt Général