KL, 4 avril 2009

C’est mon avant-dernier jour avant le départ. J’essaye de répartir les dernières tâches à accomplir entre aujourd’hui et demain, tout en n’oubliant pas de profiter aussi de la ville, que je n’ai finalement pas eu l’occasion de visiter, et de la compagnie des personnes très sympathiques que j’y ai rencontrées !

Mais auparavant, mon cerveau était occupé par la problématique des bagages : comment tout rapporter en France sans payer une fortune en excédent de bagages ? En effet, j’ai peu d’effets personnels, mais quelques objets et cadres en chengal pour l’exposition, dont une petite étagère à livres, et des échantillons de bois. Et comme le chengal est un bois très dense, et lourd, j’avais beau retourner le problème dans tous les sens, je ne trouvais pas beaucoup de solutions…

De plus, ce matin, j’avais rendez-vous avec un fabricant d’objets en bois tourné en chengal, rencontré lors de la foire artisanale. N’étant pas de KL, il devait y livrer aujourd’hui une grosse commande et m’avait promis de retrouver des petites pièces plus facilement transportables. Il m’a en effet quasiment donné deux petites pièces, et m’a surtout apporté un merveilleux cadeau : un magnifique morceau d’écorce (de 6 ou 7 kg). Je ne pouvais pas refuser, c’était trop beau et vraiment parfait en vue de l’exposition. Mais j’étais à la fois un peu paniquée car cela n’arrangeait pas mon problème de bagage ! Je crois que je vais passer ma soirée à jouer au Tétris dans mon sac à dos…

Après cette rencontre et ce beau cadeau, je suis partie déjeuner chez des expatriés français (que je remercie !), qui non seulement m’ont très bien accueillie mais qui ont eu en plus la gentillesse de me proposer de se charger de mon excédent de chengal. Quel soulagement !

Pour mon dernier soir à KL, j’ai invité Sanjit le photographe et son amie Ravin à dîner. J’ai passé une excellente soirée. La ville était encore plus animée que d’habitude car le lendemain avait lieu le Grand Prix de Formule 1. Les fans s’étaient parés des couleurs des écuries : chemises rouges, jaunes ou bariolées, l’important était d’afficher son enthousiasme. Moi-même pourtant peu fan de ce sport, j’ai failli me laisser convaincre d’y aller, ne serait-ce que pour découvrir les raisons d’un tel engouement pour des voitures qui tournent en rond, mais la raison et tout ce que j’avais encore à faire lors de ma dernière journée ont eu raison de mon hésitation.
J’ai malgré tout expérimenté la vie nocturne de Kuala Lumpur pour célébrer une mission riche en informations et en rencontres passionnantes !

décembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Infolettre